Le baby-blues, qu’est-ce que c’est ?

bébé maman

Vous passez du rire aux larmes, de la joie à la mélancolie sans aucune raison apparente ? Vous êtes angoissée et avez peu d’appétit ? Vous n’êtes pas la seule ! Ce court passage de déprime appelé baby-blues est très fréquent et normal après l’accouchement ! Mais combien de temps dure-t-il ? Quelles en sont les causes ? Comment le gérer ? On vous explique tout !

Qu’est-ce que c’est ? Quels en sont les symptômes ?

peau à peau

Surnommé aussi « syndrome du troisième jour », le baby-blues survient en général 3 à 5 jours après l’accouchement. Durant cette période, vous allez ressentir beaucoup de bonheur et un amour fou pour votre petit bout. Mais vous allez aussi peut être vous sentir anxieuse et déprimée. Vous risquez de pleurer sans raison ou encore de rencontrer des difficultés à dormir. À tout ça peuvent s’ajouter toutes les préoccupations liées à votre nouveau rôle de maman. Mais pas d’inquiétude, tout ce mélange d’émotions est transitoire et très courant. En effet, le baby-blues peut toucher jusqu’à 80% des femmes. Il n’épargne pas non plus les conjoints qui peuvent aussi connaître ce passage à vide. Dans la plupart des cas, ce petit épisode dure entre 24 et 48 heures et disparaît naturellement. Il arrive tout de même qu’il se prolonge d’une semaine. Il n’y a pas pour autant lieu de s’inquiéter. Cependant, si cette déprime s’intensifie ou dure plus de 15 jours, pensez à consulter un professionnel pour comprendre les raisons profondes de votre mal-être.

Quelles sont les causes du baby-blues ?

Plusieurs raisons sont aujourd’hui connues pour justifier cet épisode dépressif du baby-blues.

femme enceinte

Le premier facteur est sans aucun doute la fatigue. Effectivement, entre l’accouchement, les premières nuits compliquées de bébé mais aussi toute la sollicitation et les nombreuses visites de votre entourage, vous accumulez énormément de fatigue. Une seconde cause est votre changement hormonal brutal. Durant neuf mois, votre taux de progestérone a progressivement augmenté pour chuter brutalement lors de l’expulsion du placenta. Cette chute a ainsi un impact sur votre moral, vos émotions ou encore votre sommeil. Enfin, une dernière raison importante vous concerne vous directement, vos ressentis et sentiments. Si pendant neuf mois vous ne formiez qu’un avec le petit être qui grandissait dans votre ventre, vous ressentez d’un seul coup un vide et avez le sentiment de ne plus intéresser personne. Ce sentiment est tout à fait normal. En effet, si vous avez été le centre de l’attention et de tous les regards pendant votre grossesse, c’est maintenant votre petit bout qui concentre tout cet intérêt et il faut réussir à l’accepter. S’ajoute à cela l’acceptation de votre corps de maman avec ses petits kilos de grossesse mais aussi toutes les responsabilités qui accompagnent ce nouveau statut. Il s’agit de toute une accumulation de changements physiologiques, psychologiques mais aussi physiques que vous devez appréhender et ce n’est pas facile !

Ne culpabilisez pas si vous êtes énervée, si vous n’en pouvez plus que bébé hurle, qu’il ne fasse pas ses nuits et qu’il n’est pas totalement comme vous l’imaginiez, vous êtes loin d’être la seule !

Comment faire pour le gérer au mieux ?

maman avec conjoint

Heureusement, différentes petites choses vont vous permettre de vous sentir mieux durant ce moment de baby-blues ! Tout d’abord, appuyez-vous sur votre conjoint et vos proches. Parlez-leur de vos inquiétudes, de vos ressentis, ils vous aideront à passer ce cap ! N’hésitez pas aussi à vous rapprocher des puéricultrices ou des sage-femmes qui vous entourent, elles ont l’habitude et  seront là pour vous écouter et vous aider durant cette période. Ensuite, prenez soin de vous ! Le repos est le maître-mot. Essayez de dormir en même temps que bébé et surtout aérez-vous l’esprit. Pensez à vous, faites des choses qui vous font plaisir et prenez du temps pour alimenter votre vie sociale. Pour mieux vivre cette période, passez aussi des moments privilégiés avec bébé avec des promenades ou encore du peau à peau. Enfin, pour réduire votre anxiété, apprenez à vous organiser et surtout déléguez le plus possible notamment à votre conjoint. Vous libérez l’esprit de quelques tâches vous évitera sûrement quelques crises de larmes !

Quelle différence avec la dépression post-partum ?

Si les symptômes du baby-blues peuvent s’apparenter à ceux d’une dépression, c’est sur leur intensité et leur durée qu’ils vont se différencier. Effectivement, si votre état de fatigue s’accroît, que votre stress se transforme en véritables crises d’angoisse et que, d’une façon globale, votre état dépressif persiste et s’intensifie, il s’agit alors d’une dépression port-partum. Ce syndrome dépressif touche environ 10% des femmes et survient entre 15 jours et 1 an après l’accouchement. Il peut durer plusieurs mois voire plus d’un an. Dans tous les cas, surveillez un baby-blues qui dure plus de 15 jours et consultez directement un médecin.

 

Vos pleurs, votre irritabilité, votre culpabilité, votre joie, toutes ces réactions suite à la naissance de votre petit bout sont normales ! Vous pouvez être rassurée : avec du repos, de l’attention et de la patience, cette courte période va passer et vous allez pouvoir profiter pleinement de votre bébé !